Biographie

Yun-Peng Zhao, Constance Ronzatti, Franck Chevalier, Pierre Morlet                     



Le Quatuor Diotima, qui est aujourd’hui l’un des plus demandés à travers le monde, est né en 1996 sous l’impulsion de lauréats du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Son nom illustre une double identité musicale : Diotima est à la fois une allégorie du romantisme allemand – Friederich Hölderlin nomme ainsi l’amour de sa vie dans son roman Hyperion- et un étendard de la musique de notre temps, brandi par Luigi Nono dans  Fragmente-Stille, an Diotima.

Le Quatuor Diotima a travaillé en étroite collaboration avec quelques-uns des plus grands maîtres de la deuxième moitié du vingtième siècle, au premier rang desquels Pierre Boulez (qui a révisé à son intention le Livre pour Quatuor) et Helmut Lachenmann. Il commande ou suscite les créations des plus brillants compositeurs de notre temps, tels Toshio Hosokawa, Miroslav Srnka, Alberto Posadas, Mauro Lanza, Gérard Pesson, Rebecca Saunders ou encore Tristan Murail.

En miroir de la musique d’aujourd’hui, le Quatuor Diotima projette une lumière nouvelle sur les grandes œuvres romantiques et modernes, en particulier Beethoven, Schubert, la triade viennoise avec Schoenberg, Berg et Webern, ou encore Janáček, Debussy, Ravel et Bartók.

Sa riche discographie, où se distinguent notamment ses interprétations de l’Ecole de Vienne et la version définitive du Livre pour Quatuor de Pierre Boulez (chez Megadisc) est régulièrement saluée par les plus prestigieuses récompenses de la presse internationale : Diapason d’Or (à cinq reprises, dont deux Diapason d’Or de l’année), Choc de l’année Classica, ffff Télérama, Editor Choice de Grammophone, Séléction de Strad… 

Artiste exclusif Naïve depuis dix ans, le Quatuor Diotima a lancé en 2016 sous ce label la Collection Diotima, consacrée aux monographies de compositeurs majeurs de notre temps. Les premiers opus, dédiés à Miroslav Srnka puis Alberto Posadas, seront bientôt suivis des portraits de Gérard Pesson, Enno Poppe et Stefano Gervasoni.

Depuis 2008, le Quatuor Diotima a tissé un lien privilégié avec le territoire de la Région Centre-Val de Loire qui l’accueille en Résidence. Ce port d’attache est un précieux laboratoire artistique et pédagogique.Le Quatuor Diotima y développe notamment, à Orléans, une saison de concerts dédiée au quatuor à cordes mêlant nouvelle génération et grands maîtres, et à l’Abbaye de Noirlac une Académie où se côtoient jeunes compositeurs et quatuors du monde entier.

Invité régulier des plus grandes salles et séries de concerts du monde, le Quatuor Diotima se produira cette saison dans les grandes séries de musique de chambre (Schubertiade à Schwarzenberg, Opéra de Montpellier, Printemps des Arts de Monte Carlo, Pierre-Boulez-Saal de Berlin) comme dans celles dédiées à la création (Musica à Strasbourg, Présences à Paris, Ultrashall de Berlin)… Il est également invité par Alfred Brendel à Prague pour y donner l’intégrale des Quatuors de Bartók, projet exceptionnel qu’il présente également en tournée en Colombie, en Chine et à Taïwan, et que Naïve publie en janvier 2019.
Parmi ses créations de la saison, signalons des œuvres de Jean-Luc Hervé, Philippe Hurel, Silvan Eldar et Francesca Verunelli.

Le Quatuor Diotima est également convié par l’Université de York, à côté d’une série de concerts, à enseigner la musique de chambre et à collaborer avec les étudiants compositeurs. Il renouvelle également au début de l’année 2019 sa résidence au prestigieux Wissenschaftskolleg (WiKo) de Berlin.
L’automne 2018 marque, pour le Quatuor Diotima, le début d’une résidence de trois ans qu’Artiste invité de Radio France à Paris, durant laquelle il se produira dans son répertoire habituel, mais aussi avec des musiciens invités pour la musique de chambre, les formations symphoniques autour des œuvres rares pour quatuor et orchestre, et suscitera plusieurs commandes en partenariat avec d’autres séries, salles et radios européennes

Le Quatuor Diotima est soutenu par la DRAC et la Région Centre-Val de Loire au titre des ensembles conventionnés, et reçoit régulièrement le soutien de la SACEM, de l’Institut Français, de la Spedidam, du Fonds pour la Création musicale, de l’Adami ainsi que de mécènes privés.
L’Académie Diotima est soutenue par la Caisse des Dépôts et Consignations.
Le Quatuor Diotima est membre de PROFEDIM.

Saison 2018-2019

Télécharger